Le Sang des Chimères #1 : Mutante – Sophie Dabat

Editions du Riez - 2013

Editions du Riez – 2013

Résumé :

Syrine, marseillaise de 16 ans, vient de déménager en Bretagne.
Depuis quelques mots, elle ressent d’étranges douleurs dans le dos, a de brusques envies de viande crue et sent « une présence » en elle. Ses nuits sont émaillées de cauchemars terrifiants et fantastiques, qui laissent en elle leur empreinte de feu, de sable et de sang. Entre les difficultés d’adaptation dans son nouveau lycée et les conflits avec sa famille à qui elle dissimule son état, l’adolescente se heurte de plein fouet à une interrogation cruciale : sombre-t-elle dans la folie ou est-elle confrontée à un phénomène surnaturel lié à un mythe vieux de plusieurs siècles ? Ainsi Syrine se renferme sur elle-même, malgré les liens qu’elle tisse avec Gauthier ou ceux qu’elle tente de créer avec Agnès, une lycéenne mystérieuse et solitaire.
Un matin, Syrine réalise que les hommes qui attendent Agnès chaque soir à la sortie du lycée la suivent aussi. Puis elle réalise qu’elle les a déjà vus : à Marseille, lorsqu’ils sont venus proposer un nouveau travail à son père.

Mon avis :

Une couverture magnifique, un résumé alléchant et un roman français à petit prix, ce premier tome du Sang des Chimères avait tout pour me tenter. Et je dois avouer que je ne regrette pas ce petit craquage même s’il m’aura fallu attendre une Lecture Commune avec Agnah pour enfin le lire. Et ce, d’autant plus que ce roman est un petit pavé dans lequel il n’y a pas forcément énormément d’action puisqu’il pose les bases d’une suite très prometteuse.

Syrine, 16 ans, est une jeune lycéenne qui voit sa vie basculer le jour où des « bosses » apparaissent sur ses omoplates. Pensant que sa vie va changer avec son déménagement à Rennes, elle comprend vite que les choses ne vont qu’empirer et que la situation n’est pas normale. Avide de sang et torturée par des douleurs inexplicables, elle se replie sur elle-même et change totalement, même avec sa famille. Beaucoup de questions, peu de réponses mais peu à peu se profile un scénario que, même dans ses pires cauchemars, Syrine n’aurait pas pu imaginer…

Dés la première page de ce roman, nous sommes plongés dans un univers assez particulier qui oscille entre le réel et l’imaginaire. En effet, Syrine est une adolescente comme tant d’autres mais qui semble avoir des problèmes assez peu communs : des excroissances lui poussent dans le dos, des cauchemars l’assaillent toutes les nuits et elle souffre d’un explicable besoin de sang. Dés les premières lignes du roman nous découvrons ainsi une héroïne torturée par ce qu’elle traverse et qui se déteste, qui a même honte d’elle. De sa vie à Marseille à son déménagement à Rennes, la vie de Syrine ne va pas évoluer en mieux et ses problèmes vont la changer profondément, affectant aussi le lecteur qui suit l’évolution de cette jeune fille qui semble tant souffrir.

Sophie Dabat nous livre ici un récit passionnant, captivant même et qui, tout en restant cohérent avec l’âge de Syrine, est pourtant très mûr. On sent que le texte est travaillé et il n’y a donc pas d’incohérence entre ce que pense/vit Syrine et son âge. Et ce travail est d’autant plus marqué que l’auteur arrive à nous plonger dans une histoire écrite à la troisième personne tout en faisant en sorte que le lecteur soit omniscient. Ainsi, nous connaissons le désespoir et la souffrance de Syrine, sa terreur, ses doutes, ses angoisses et ses sentiments. Et c’est quelque chose de très fort dans ce roman puisque la psychologie des personnages a un rôle très important à jouer ici.

Le seul bémol à mes yeux se trouve dans la relation que Syrine a avec ses parents. En effet, j’ai eu beaucoup de mal avec le caractère de son père qui ne semble pas éprouver d’amour pour sa fille, la rejette, la bat même… Et en tant que personne qui n’accepte pas la violence et ne la comprend pas, je me suis complètement sentie dépassée par cet aspect de l’histoire autant que je ne l’ai pas compris. Comment un père peut-il dire de telles choses à sa propre fille ?! Vraiment, je ne comprends pas…

Je trouve également dommage que l’idée du journal intime de Syrine ne soit pas plus exploitée. Même si l’on est un lecteur omniscient par rapport à Syrine, j’avais trouvé l’idée du prologue vraiment excellente et aurait aimé la retrouver par la suite. Dommage.

Malgré tout, si certains pourront être gênés par la longueur des chapitres, cela n’a pas été mon cas puisque j’ai dévoré ce roman. Et je dois bien dire que rarement un roman d’un auteur français m’aura autant captivé que celui-ci. Certains passages sont très durs à lire et l’histoire en elle-même n’est pas facile et pourtant, le tout est excellent et l’intrigue très bien menée ; on a envie d’en savoir plus, de lire la suite et d’espérer que les choses s’arrangeront pour Syrine mais plus que tout, on s’interroge sur ces fameux hommes en noir.

En bref, un roman passionnant qui aurait pu être un coup de cœur et dont il me tarde de lire la suite. 

Lecture commune avec Agnah’s World

Acheter sur le site des Editions du Riez : ICI

Publicités

Une réflexion sur “Le Sang des Chimères #1 : Mutante – Sophie Dabat

  1. Pingback: Revue de presse du mois d’Août. | Éditions du Riez2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s