Les Brumes du Caire, de Rosie Thomas

CVT_Brumes-du-Caire-les_5752

Résumé :

Trois femmes, trois générations, une histoire d’amour et de perte, tout en nuances.

L’arrivée inattendue de Ruby, une adolescente obstinée, apporte vie et désordre à la vieille maison du Caire d’Iris Black, sa grand-mère de 82 ans. Poussée par la relation tendue qu’elle entretient avec sa mère, Ruby a quitté l’Angleterre et cherche refuge chez cette vieille dame qu’elle n a pas vue depuis des années. Un lien étonnant s établit entre elles tandis que Ruby aide Iris à se remémorer ses souvenirs du Caire scintillant et cosmopolite de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que de son grand amour l’énigmatique Capitaine Xan Molyneux que les ravages du conflit lui ont arraché.

Cet ancien amour a déterminé la vie d’Iris, et celle de sa fille et de sa petite-fille. Et il va les affecter à nouveau, toutes les trois, d’une façon qu’elles n’auraient jamais imaginée.

Mon avis :

Vous le savez peut-être, ou peut-être pas, mais en général, la romance contemporaine et moi, ça fait 25. Mais il y avait longtemps que je voulais découvrir la collection des Éditions Charleston dont on m’a toujours vanté les mérites et dont les titres L’île aux papillons et La Lettre Oubliée me font très très trèèès envie. Et avec cette lecture, je ne peux que vous confirmer ce que vous saviez déjà probablement : cette maison d’édition publie des textes qui sont vraiment d’une qualité incomparable. Les Brumes du Caire aura, en effet, été un voyage incroyable tout autant qu’il est un véritable coup de cœur. J’ai été totalement happé par l’histoire, par ce Caire tantôt bruyant, tantôt festif, par cette histoire de femmes et d’Amour, puis par la plume de Rosie Thomas, qui sonne aussi justement et purement que le son d’un piano.

L’histoire mêle le passé et le présent dans un ballet ordonné au millimètre près, chaque souvenir étant inséré dans le récit à un moment clé et se justifiant par les événements qui se déroulent dans le présent. Nous découvrons donc trois femmes, complètement différentes les unes des autres, créant un véritable choc des générations. D’Iris, la Granny qui vit dans sa solitude et n’a jamais été une bonne mère à Ruby, cette jeune femme qui fuit au Caire pour oublier son quotidien londonien, en passant par Lesley, mère de Ruby et fille d’Iris, en quête de l’amour d’une mère qu’elle n’a jamais eu. Et c’est de là que tout part, de ces trois femmes qui ne semblent pas avoir de point commun, mais qui, pourtant, vont évoluer et changer ensemble.

Lire ce roman m’aura pris quelques jours, mais il faut avouer que c’est une belle petite brique, et quand je l’ai eu fini, je me suis dis : waouh. Et puis, j’étais en larmes. Parce que ce roman m’a touché, m’a bouleversé, m’a fait voyager et vivre une histoire à la fois hors du commun et qui pourtant a du arriver à des dizaines de femmes. On navigue entre le présent et le passé, au rythme des souvenirs d’Iris, du quotidien de Ruby et de l’inquiétude de Lesley. On découvre petit à petit, l’histoire de ces femmes : une grande histoire d’Amour pour Iris et son beau capitaine Xan, une histoire d’amour naissante entre deux jeunes qui viennent de deux mondes que tout opposent, l’amour d’une mère envers sa fille etc. Tout est question d’amour, à divers degrés, dans ce roman. Et loin de tomber dans le cliché ou dans le gnangnan, c’est une histoire somptueuse que nous offre Rosie Thomas. Une histoire de femmes fortes, combatives, qui donneraient tout par amour. Que l’on soit au Caire en 1942 ou en 2011, on se laisse emporter au gré du vent et des personnages qui y défilent. C’est ainsi que l’on fera la connaissance de personnages tous plus différents les uns des autres, que l’on découvrira une culture et ses coutumes, et que le choc qui se produit dans le roman entre Ruby et Ash nous apparaîtra tangible, tant il nous touche aussi.

Parlons de Ruby justement. Cette jeune femme un peu perdue, dyslexique, qui fuit Londres et une vie qui ne lui plait pas pour retrouver au Caire une grand-mère qu’elle ne connait pas. Perçue par sa mère comme une enfant compliquée, elle est en réalité une jeune femme qui souffre d’être mal dans sa peau et qui ne sait pas quoi faire de sa vie. Si bien qu’au fil des pages et au contact de sa Granny, on le verra évoluer, devenir plus altruiste au fur et à mesure qu’elle en apprend plus sur la vie de celle qui l’héberge et qu’elle apprend à aimer. De la jeune fille rebelle, elle devient responsable et passionnée d’égyptologie. Elle apprend petit à petit à comprendre sa mère et devient plus indépendante et respectueuse d’autrui.
Quant à Iris, c’est toute sa vie que le roman nous propose de retracer. Au début assez déprimée, elle s’égaie au contact de sa petite fille, renoue le contact avec sa fille et prend le temps de faire le point sur sa vie. Petit à petit, elle accepte l’inéluctabilité de la vieillesse et de la perte de mémoire, mais transmets ces derniers souvenirs avant de les perdre. Ainsi, on découvre avec bonheur son histoire avec Xan Molyneux, mais aussi les tragédies qui ont frappé sa vie, son combat de médecin humanitaire, ses souffrances d’avoir perdu des personnes qui lui étaient chères, ses doutes… Et à travers elle, c’est Lesley que l’on finit par découvrir et comprendre. Cette femme qui n’a pas eu l’amour de sa mère et qui fait tout pour transmettre le sien à ses enfants, sans se rendre compte qu’elle les étouffe.

Les pages et se tournent, et le dénouement arrive, nous brisant le cœur, autant qu’il nous apporte un petit peu de paix tant il est la conclusion parfaite de cette histoire. Rosie Thomas nous aura offert un moment privilégié dans Le Caire festif et joyeux puis terrifié, avant de nous convier dans une ville qui mêle modernisme et tradition, et une histoire d’amour et de femmes qui nous chamboule. Les Brumes du Caire est, finalement, tellement plus qu’un coup de cœur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s