Outlander : Le Chardon et le Tarton, de Diana Gabaldon

OutlanderRésumé :

 1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s’efforce d’oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d’une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d’en découvrir la raison : en s’approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d’un champ de bataille.
Le menhir l’a menée tout droit en l’an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d’autrefois ?
Le début d’une série incontournable !

Mon avis :

Outlander, je l’ai découvert tout d’abord à travers les avis des popines, puis grâce à la série diffusée sur la StarZ. Mais tout ça, c’était avant que mon cher et tendre ne m’offre un exemplaire du précieux pour mes 21 ans et que je le dévore en… 3 jours. Et comment vous dire… Ce fût une révélation. J’ai vu la lumière divine à partir du moment où j’ai ouvert ce livre, ou un truc du genre. Impossible de décrocher et j’ai envie de vous dire : WOW WOW WOW. Mon cœur a fait des bons pendant cette lecture tellement c’est passionnant, prenant, captivant, et parfois un peu trash, mais surtout, SURTOUT, sublime. Je suis encore bluffée par la complexité de l’histoire que Diana Gabaldon a créé, par la cohérence de son intrigue, et plus encore, par le fait que l’on dévore 850 pages sans s’ennuyer une seule seconde et en redemandant tout de suite après.

L’histoire est celle de Claire qui, lors de vacances en Écosse, se retrouve propulsée au 18e siècle au milieu des guerres de pouvoirs mêlant les Highlanders aux Anglais. Et à partir de là, tout s’enchaîne. Sa rencontre avec les MacKenzie, mais aussi le terrible Jack Randall, les soupçons qui pèsent sur elle et les aventures qu’elle va devoir vivre pour s’en sortir. Rien n’est simple dans ce roman, tout est très compliqué, relatant une vraie histoire qui s’ancre dans la réalité. Loin d’être surréaliste, l’auteur va jusqu’à s’appuyer sur des faits réels pour rendre son histoire encore plus crédible et nous entraîner dans son univers qui mêle la science-fiction à la romance avec une touche d’aventures. Et ça marche ! On dévore le roman à une vitesse folle, on se plonge dans cette histoire, voulant toujours en savoir plus et il est difficile de décrocher tant on est captivé. Loin d’être long, l’intrigue prend le temps de se mettre en place sans en devenir ennuyeuse et les actions qui s’enchaînent ne nous laissent pas le temps de nous reposer.

Quand j’ai commencé ce roman, je m’étais dis que je lirais une partie par jour. Au final, il m’aura été à chaque fois très difficile de sortir la tête de l’univers d’Outlander tant j’ai été fasciné par le couple que forme Claire et Jamie, par les aventures des MacKenzie, par la façon dont elle s’intègre et s’habitue aux us et coutumes d’un autre temps, etc. Certaines scènes vous font froid dans le dos, alors que d’autres feront grimper la température, vous avez parfois de pleurer, et d’autres de rire aux éclats. En lisant Outlander, on passe par une immense palette d’émotions, et plus que lire une belle histoire : on la vit. On appréhende certains événements tandis que l’on en attend d’autres avec beaucoup d’impatience et de fébrilité. Mais ce n’est pas seulement son univers qui est très travaillé. Les personnages disposent d’une psychologie très approfondie, que l’on parle des principaux ou de ceux qui sont plus secondaires. Chacun dispose d’un passé, d’une histoire qui lui est propre et qui influe sur sa vie présente et ses choix.

Claire est probablement le personnage qui m’a le plus séduite. Fidèle, altruiste et intelligente, c’est une jeune femme qui a connu l’horreur de la guerre et se dévoue pour les autres. Loin d’être une femme qui se laisse marcher sur le pieds, elle sait pourtant reconnaître ses défauts et accepter l’idée que quelqu’un puisse parfois savoir les choses mieux qu’elle. Grâce aux connaissances de son mari sur cette période, elle réussit à s’adapter assez facilement à la vie au XVIIIe siècle et semble s’épanouir dans cette nouvelle vie, ne perdant toutefois jamais de vue ce qu’elle a perdu. Jamie, lui, est un personnage plus sombre, très torturé mais tout aussi altruiste que Claire. Excessivement attachant, il agit souvent comme un preux chevalier venant sauver sa belle et c’est peut être pour cela que l’on fond complètement pour lui. On reste assez méfiant envers les MacKenzie par contre, même si on s’attache immédiatement à Mme FitzGibbons. Cela n’enchaîne toutefois pas que l’on déteste dés le départ certains personnages dont le comportement est exécrable et impardonnable, donnant lieu à des scènes très difficiles à lire et qui vous en donneraient presque la nausée.

Finalement, Outlander est plus qu’un beau roman, c’est une incroyable aventure. L’alchimie entre les personnages est indéniable et la plume de Diana Gabaldon ne fait que nous encourager à dévorer toujours plus ce roman. Je suis ressortie de ce roman complètement ravie et bouleversée par ma lecture, et surtout avec une grande hâte de découvrir la suite. Cette saga est vraiment, et indéniablement, un must-read, même 20 ans après !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s