Ces instants-là, d’Herbjørg Wassmo

Ces instants-là

Résumé :

Elle grandit dans le Nord de la Norvège, entre une mère insaisissable et une petite soeur merveilleuse. Ainsi qu’un père incestueux. Son silence, elle le paie par des crises d’épilepsie et le surpasse grâce à l’écriture. Adulte, elle se nourrira d’hommes et de littérature. Avec une pudeur extrême et sans fard, Herbjørg Wassmo raconte ce qui fait une vie, en la présence majestueuse du Grand Nord.

Mon avis :

Ces instants-là est un roman dont j’attendais beaucoup, et avec beaucoup d’impatience. Peut-être trop, si bien que la chute a été brutale. Difficile. Douloureuse. Alors que j’ai l’habitude de lire des romans avec de longues phrases rythmant le roman, Ces instants-là est un livre qui représente tout le contraire : des phrases courtes, créant un rythme saccadé qui font parfois peiner le lecteur dans sa lecture. En effet, ici, c’est quitte ou double : vous accrochez, ou vous décrochez. Malheureusement pour moi, j’ai fais partie des rares personnes à avoir décrocher, à ne pas avoir su à m’attacher à cette femme dont on ne sait finalement si peu sinon qu’elle rêve de littérature et d’amour, mais aussi de s’enfuir et de se libérer de ses chaînes invisibles.

Dans ce livre, Herbjørg Wassmo nous offre une histoire pleine de pudeur, mais aussi très abrupte, brutale, et dure. Loin de nous livrer quelque chose de magnifique, elle joue sur nos émotions, et petit à petit, on lit avec l’idée que c’est sa propre histoire que l’auteur nous raconte. Celle d’une femme qui semble subir toute sa vie, qui a tant souffert que l’on se demande comment elle tient encore debout, et que seule l’écriture arrive à sauver d’un monde dans lequel elle ne se retrouve pas, et n’arrive plus à respirer. Étouffer par les responsabilités et les problèmes, cette femme s’enfuie dans les mots qu’elle couche sur le papier et se noie dans sa notoriété pour tenter de survivre à sa vie.

Ce qui est perturbant dans ce roman, c’est le détachement que l’on doit avoir pour le lire. Ici, on ne connait même pas le nom de l’héroïne et les phrases saccadés de l’auteur ne font qu’approfondir ce sentiment de froideur, de malaise que l’on ressent. Elle-même semble détachée de cela, comme si depuis ce drame d’adolescente, elle s’était libérée de ses émotions, et était complètement vide. Pourtant, et chose assez surprenante, Herbjørg Wassmo réussit à ne pas tomber dans le pathos et dans le dramatique. Ponctué de moments mélancoliques, le roman nous transporte dans l’histoire de cette femme, dont on suit l’évolution de l’adolescence à l’âge adulte, mais les problèmes qu’elle traverse ne sont jamais clairement nommée. Ainsi, on découvre petit à petit une femme qui est une héroïne d’un quotidien si différent du notre. Se libérant des conventions, assumant ses erreurs et cherchant à changer ce qu’elle est à et fuir sa vie, cette « Elle » devient une femme forte et indépendante.

Toutefois, le rythme saccadé de l’auteur et la distance qu’elle met dans son personnage m’ont empêché d’adhérer à l’histoire. Si j’ai aimé le fond, je n’ai apprécié la forme et cela ne m’a pas permis d’accrocher au roman en lui-même, alors même qu’il dispose d’un potentiel énorme. Néanmoins, je ne doute pas qu’il plaira à beaucoup de monde, et vous garantis un dépaysement total avec ce roman.

Publicités

2 réflexions sur “Ces instants-là, d’Herbjørg Wassmo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s