Un Homme Idéal, de Yann Gozlan

Un Homme Idéal

Synopsis :

Mathieu, 25 ans, aspire depuis toujours à devenir un auteur reconnu. Un rêve qui lui semble inaccessible car malgré tous ses efforts, il n’a jamais réussi à être édité. En attendant, il gagne sa vie en travaillant chez son oncle qui dirige une société de déménagement…
Son destin bascule le jour où il tombe par hasard sur le manuscrit d’un vieil homme solitaire qui vient de décéder. Mathieu hésite avant finalement de s’en emparer, et de signer le texte de son nom…
Devenu le nouvel espoir le plus en vue de la littérature française, et alors que l’attente autour de son second roman devient chaque jour plus pressante, Mathieu va plonger dans une spirale mensongère et criminelle pour préserver à tout prix son secret…

Bande-annonce : 

Mon avis :

Vous me connaissez, j’adore le cinéma. Depuis que j’ai repris le goût du chemin vers les salles obscures, le cinéma est devenu un véritable pêché mignon pour moi. Choisissant chaque film que je vais voir avec soin, fonctionnant à l’envie véritable de voir un film, je savoure chaque séance avec beaucoup de bonheur. Hier soir, je suis donc allée visionner Un Homme Idéal avec mon frère. Et si l’intrigue n’est pas originale en elle-même, l’aspect psychologique du film est tellement détaillée, tellement poussée, que le film en devient vraiment excellent. 

Dans ce film, on découvre un Pierre Niney époustouflant et qui nous offre toute l’étendue de son talent. A travers le personnage de Mathieu, on  nous confronte à cette réalité brutale, à cette question fondamentale : jusqu’où est-on prêt à aller pour réussir et atteindre nos objectifs ? Dans une société de plus en plus superficielle, on se rend vite compte de combien nous ne sommes rien sans le succès aux yeux des autres. Ainsi, nous suivons Mathieu, ce jeune homme déménageur, sans talent particulier, mais qui rêve tout de même de devenir écrivain. De l’inconnu au succès, jusqu’à la déchéance, Yann Gozlan nous propose une évolution psychologique aussi passionnante que palpitante sur ce qui anime l’humain. 

Ce film, je l’ai adoré. Et vécu intensément. On se plonge dans ce thriller et on n’en ressort qu’à la toute fin, troublé et bouleversé par l’histoire qu’il nous livre. Le personnage principal vis dans le déni, entouré de mensonges dont il ne s’est plus comment se dépêtrer. Il vit une vie construite sur des apparences, et quand la vérité le menace, il se retrouve perdu, incapable de savoir quoi faire, dépasser par les événements. Loin d’être antipathique, Mathieu est un homme assez attachant dont on comprend l’évolution. Avançant avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, on ressent toute l’angoisse du personnage qui a peur de cette vérité mise à nue qui pourrait le détruire, comme ses tromperies le font.

Pourtant, le film reste assez classique, nous entraînant dans un rythme effréné, de rebondissements en rebondissements. Si certains événements en arrivent ainsi à manquer un peu de crédibilité, le scénariste a toutefois réussi à les rendre convaincant, à trouver une solution pour qu’ils ne gênent en rien le spectateur. D’autant plus que dans le genre du thriller, tout est possible, pour peu que l’on laisse la réalité de la vie de côté, le temps d’un film au cinéma.

Un Homme Idéal est donc un film troublant et fascinant que je reverrais avec grand plaisir. Pierre Niney y excelle et le choix scénaristique de baser l’intrigue sur un aspect psychologique poussé est tout simplement une réussite. Un film que je ne regrette absolument pas d’avoir été voir !

Publicités

12 commentaires sur « Un Homme Idéal, de Yann Gozlan »

    1. Personnellement, j’ai bien réussis à mettre de côté les incohérences (ou alors la fatigue et le fait d’être malade ont aidé ^^), du coup ça ne m’a pas dérangé plus que cela en fait… Il faudrait que je le revois en étant en forme pour voir !

  1. Sans vouloir spoiler, j’aime surtout comment tout se termine. On peut voir des incohérences, mais il faut penser que tout se déroule très vite, et que la réalité l’aurait sans doute rattrapé à un moment ou à un autre, c’est justement ce qui explique toutes les décisions et le crescendo par lequel passe le personnage.
    Mais au niveau de la réflexion sous-jacente sur la littérature, la fin m’a vraiment ravie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s