Purgatoire des Innocents, de Karine Giébel

Purgatoire des Innocents

Résumé :

Je m’appelle Raphaël, j’ai passé quatorze ans de ma vie derrière les barreaux.
Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous venons de dérober trente millions d’euros de bijoux.
Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang.
Deux morts et un blessé grave.
Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre ou Will pourra reprendre des forces.

Je m’appelle Sandra.
Je suis morte, il y a longtemps, dans une chambre sordide.
Ou plutôt, quelque chose est né ce jour-là…

Je croyais avoir trouvé le refuge idéal.
Je viens de mettre les pieds en enfer.

Quelque chose qui marche et qui parle à ma place.
Et son sourire est le plus abominable qui soit…

Mon avis :

Aux derniers Quais du Polar à Lyon, j’ai pu rencontrer Karine Giébel, auteure que m’avait chaudement recommandée Livresse des Mots. Acheté sur un coup de tête, Purgatoire des Innocents a été un coup de coeur un peu particulier. Angoissant, choquant, mais aussi obsédant, ce roman est une vraie pépite dans le milieu du roman noir tant il explore la noirceur et la cruauté de l’être humain. Et toute cette obscurité n’a pas été sans me rappeler le dernier roman de Maxime Chattam, qui m’avait laissé cette même impression de malaise.

Quand on commence Purgatoire des Innocents, rien ne peut nous préparer à ce que Karine Giébel nous réserve pour la suite de son histoire. Si tout commence par un « banal » cambriolage qui tourne mal, on découvre assez rapidement que l’histoire représente bien plus que cela. L’auteure nous mène par le bout du nez, à un rythme très soutenu, jusqu’à un événement qui va tout changer. Dès lors, tout ce que l’on pensait acquis, tout ce que l’on pensait savoir se retrouve remis en question et on plonge dans l’horreur absolue.

Plus l’histoire avance, plus l’auteur nous donne des sueurs froides. On lit le roman, comme hypnotisé, tels des voyeurs, incapables de se défaire de cette abomination qui, pourtant, nous révulse et nous glace d’effroi. On ne sait que penser des personnages tant tout est confus dans notre tête, tant on n’a rien vu venir, et tant les choses sont menées d’une main de maître.

Difficile, par ailleurs, de parler des personnages de ce roman sans spoiler une partie de l’histoire, et donc de gâcher les choses. On les découvre donc au fur et à mesure de l’histoire, on les voit changer, évoluer, et on est souvent surpris par la tournure que prennent les événements. Et plus le temps passe, plus on est obsédé par cette intrigue, malgré le déchaînement de violence et de barbarie qui nous donne des frissons.

Psychologiquement éprouvant, Purgatoire des Innocents est un huis-clos aussi brillant qu’il nous angoisse. On se retrouve enfermés avec les personnages, plongeant au cœur d’un enfer sans nom, et sans fin, qui nous fascine autant qu’il nous glace. Toutefois, ce roman n’est définitivement pas à mettre en toutes les mains, surtout entre celles des âmes sensibles.

Publicités

5 réflexions sur “Purgatoire des Innocents, de Karine Giébel

    • J’ai aussi lu ‘Juste une ombre’ et il m’a carrément bien fait flipper! Comme tu aimes l’auteure, tu devrais adorer Purgatoire des Innocents je pense.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s