Piégés, de Christy Saubesty

piegesRésumé :

« Aaron contemplait la silhouette frêle de Mlle Fischer. Bien qu’il fût ivre lors de leur dernière rencontre […], il se souvenait parfaitement de ses traits. […] Indépendamment du fait qu’elle était aveugle, Abigail Fisher faisait partie de la catégorie des femmes qu’il n’approchait jamais. Des ingénues sans aucune expérience, affligées des défauts inhérents à leur jeunesse et s’effarouchant pour un rien. Non, vraiment, il n’avait eu aucune raison de penser à cette jeune femme. »

Londres, 1853. Aaron Wendell, riche héritier à la réputation sulfureuse, n’imaginait pas que sa vie serait bouleversée par une banale partie de campagne. Pas plus que la jeune Abigail Fischer, qui pensait avoir connu suffisamment de drames pour toute une vie. Dans leur dos, les jalousies s’exacerbent et dans l’ombre, l’ennemi les guette…

Genre : Romance Historique

Parution : Novembre 2016 – Pygmalion

Mon avis :

En tant que grande liseuse de romance historique, j’étais très curieuse de lire pour une fois un roman de ce genre écrit par une auteur francophone et force est de constater que ma curiosité n’a pas été déçue puisque je me suis régalée avec cette histoire qui, bien que souffrant de quelques défauts inhérents au genre, fût passionnante. Il faut dire que la plume de Christy Saubesty est très addictive et qu’il est difficile de poser le roman avant de l’avoir terminé. Les pages se tournent à une vitesse folle et on a du mal à décrocher de l’intrigue que nous conte l’auteure, une intrigue somme toute originale et qui m’a beaucoup plu.

L’histoire de Piégés pourrait paraître classique au premier abord, et sûrement qu’elle l’est sur certains points, mais malgré cela, elle possède de nombreuses touches d’originalité qui sont plus que plaisantes. Ainsi, nous suivons une jeune fille – Abigail – qui est devenue aveugle à la suite d’un accident, et un homme – Aaron – dont la réputation est plus que sulfureuse, mais qui possède cependant une grande force morale. En effet, quand Aaron s’engage dans quelque chose, il accorde une grande importance à ses engagements, mais aussi à les respecter. Ainsi, si l’on pense au départ avoir à faire à un homme superficiel, on se rend vite compte qu’il est en réalité beaucoup plus profond et sympathique que cela, et forcément, on ne peut que s’attacher énormément à cet homme au caractère bien trempé.

Côté caractère bien trempé, Abigail n’est pas en reste, ce qui m’a agréablement changé de ce que je lis d’habitude. Si certains passages m’ont fait levé les yeux au ciel car reprenant les clichés du genre, je me suis malgré tout profondément attaché à Abigail et à sa volonté de fer. Elle ne se laisse pas abattre à cause de son handicap et si certaines situations la rendent malheureuse, elle n’en demeure pas moins forte et parfois assez intrépide. Elle représente ainsi typiquement le genre de protagoniste féminin que j’aimerais plus souvent voir dans ce genre littéraire et ce d’autant plus que j’ai grandement apprécié sa personnalité.

L’autre grand point positif de ce roman, c’est indéniablement la plume de Christy Saubesty. Si j’avais déjà eu la chance de la découvrir avec Ce qui m’attise, je la découvre ici dans un tout autre registre. De fait, j’ai été encore plus captivé par l’histoire qui a su m’emporter avec elle dans sa bulle de douceur et de bonheur, tout en étant très réaliste sur certains points. Cependant, même si la plume de Christy Saubesty est un réel plus, les quelques clichés de la romance que l’on retrouve dans ce roman m’ont un petit peu agacé et fait lever les yeux aux ciel. Par ailleurs, je regrette aussi cette ellipse que l’on trouve dans le roman vis-à-vis de la méchante de l’histoire. J’ai un petit peu eu l’impression qu’elle disparaissait comme par magie, ce qui m’a un petit peu dérangé.

J’aurais également aimé en savoir plus sur ce personnage justement. Lady Winthers nous apparaît comme un personnage très froid et imbue d’elle-même, mais finalement on ne sait que peu de choses d’elle. Si cela est positif que l’auteure est ainsi pris le temps de développer ces personnages principaux, c’est malheureusement au détriment des personnages plus secondaires, mais cependant tout aussi important dans l’histoire.

Toutefois, le cadre de l’histoire est absolument magnifique et la romance fonctionne. On aime suivre le duo Aaron/Abigail et découvrir leurs sentiments, mais aussi ce qu’ils cachent au fond d’eux. Christy Saubesty possède une vraie sensibilité pour décrire ces scènes du quotidien qui, loin de nous ennuyer, nous enchante. Ainsi, Piégés fait pour moi partie des grands romans de la romance historique qu’il faut lire à tout prix. S’il souffre de quelques défauts, l’intrigue est efficace et on se prend très vite au jeu, au point d’avoir du mal tant à poser le livre qu’à quitter les personnages. Une excellente lecture donc il me tarde de lire la suite, puisqu’il semblerait qu’il s’agisse d’un premier tome.

Publicités

Une réflexion sur “Piégés, de Christy Saubesty

  1. Pingback: Bilan & Book Haul – Janvier 2017 | Nos Folies Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s