Carry On, de Rainbow Rowell

carry-on

 

Résumé :

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…

Genre : Young-Adult / Romance

Parution : 5 Janvier 2017 – Pocket Jeunesse

Mon avis :

Si je n’ai pas encore lu Fangirl (ce qui ne saurait tarder maintenant), Carry On ne m’en faisait pas moins de l’oeil depuis un moment, et d’autant plus depuis qu’il a été annoncé qu’il paraîtrait en VF chez Pocket Jeunesse. Il faut dire que si je ne suis pas une adepte de la fanfiction et que j’en lis peu, je n’en demeure pas moins une grande enfant qui adore lire de belles histoires, et à la vue de tous les avis très positifs sur ce roman, je n’avais qu’une hâte : le lire. Et c’est désormais chose faite puisque c’est dans le cadre d’une lecture commune avec la Dream Team de Songe d’une nuit d’été que j’ai lu ce roman à raison de 5 chapitres par jour (en vrai, j’étais souvent à la traîne, mais chut!).

Carry On, c’est une fanfiction, autant se le dire tout de suite. L’univers créé est donc emprunter à Harry Potter et à Twilight (et j’ai même pu relever une référence à Mentalist!), mais cela ne m’a pas empêché de regretter que, malgré tout, celui-ci ne soit pas plus développé. En effet, Rainbow Rowell a un style d’écriture très fluide, ce qui fait qu’elle ne s’étend pas en descriptions puisqu’elle va à l’essentiel, et parfois peut-être un peu trop. Même si j’ai senti les références à Harry Potter/Twilight, j’aurais aimé en savoir plus sur Simon et Baz, sur Watford, sur le Mage, etc. J’ai donc ressenti comme un vide, un creux dans l’histoire de ce point de vue là, ce qui est dommage.

L’intrigue, en revanche, m’a passionné. Une fois plongé dans mes chapitres du jour, impossible de lâcher le roman et le reposer une fois les chapitres finis a été une vraie torture. Le rythme est très entraînant, et même si les personnages ont leur lot de défauts (on y reviendra après), ils n’en demeurent pas moins extrêmement attachants. On se prend très vite d’affection pour Simon et Baz, même si on a parfois du mal à comprendre pourquoi ils semblent se détester autant en apparence. L’intrigue, quant à elle, est assez intéressante, bien que parfois certains événements s’emmêlent et peuvent perdre un petit peu le lecteur, donnant une impression d’intrigue décousue.

Pourtant, loin de trouver l’intrigue décousue, j’ai trouvé l’alternance des points de vue ludique et intéressante puisqu’elle donne une certaine profondeur au récit. On découvre ainsi comment chacun des personnages vivent certains événements clés pour eux, et c’est plutôt génial. C’est d’autant plus intéressant que Simon et Baz ont chacun une personnalité propre et donc une sensibilité différente, ce qui fait qu’ils ne vivent pas les choses de la même façon et que si leurs sentiments/émotions se recoupent parfois, ce n’est pas toujours le cas.

En parlant des personnages justement, je dois reconnaître que je me suis énormément attachée à eux, quand bien même cette façon qu’ils ont de se « rabaisser » mutuellement m’a parfois dérouté et laissé perplexe. Simon et Baz sont des personnages attachants, mais le côté très dominant de Baz m’a plus d’une fois déplu et rappelé combien les mots peuvent faire mal, quand bien même Simon n’a pas l’air de mal le vivre. En revanche, du côté d’Agatha et Pénélope, je n’ai pas retrouvé cette sensation. Si Agatha m’a parfois agacé, je me suis sentie assez proche de Pénélope et j’ai eu un petit coup de cœur pour elle. Finalement, chacun apporte quelque chose à l’histoire et est important, même si, encore une fois, je reproche à l’auteur de ne pas avoir plus développer ses protagonistes.

Finalement, même si Carry On possède quelques défauts que je n’ai pu m’empêcher de relever, il n’en reste pas moins une excellente lecture. Je me suis régalée avec Carry On et je le relirais probablement dans les jours où je n’aurais pas le moral tant cette histoire m’a justement fait du bien au moral. La fin m’a surprise, notamment les révélations à propos du Mage et du Humdrum, et c’est aussi ça qui m’a plu. Alors, certes, le livre n’est pas parfait, mais vous savez quoi ? On s’en fiche, parce qu’il fait le job. Carry On est indéniablement un livre doudou pour moi, un livre comme j’aime les lire les jours de pluie.

Publicités

5 réflexions sur “Carry On, de Rainbow Rowell

  1. Pingback: Bilan & Book Haul – Janvier 2017 | Nos Folies Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s