[Cinéma] Silence, de Martin Scorsese

affiche-silence

Synopsis :

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Bande-annonce :

Mon avis :

Martin Scorsese est un réalisateur que j’adore et admire depuis des années, si bien que lorsque Silence a été annoncé dans les cinémas français, je n’ai pas réfléchis une seule seconde avant d’aller le voir. Pour tout vous dire, je ne savais même pas de quoi il retournait et la surprise a donc été totale, tout comme le coup de cœur que j’ai pour ce film qui est, à mes yeux, un véritable chef d’oeuvre. Il faut dire que Silence est un film particulier qui ne touchera qu’un public très ciblé puisque l’histoire qu’il nous raconte est méconnue et contient des scènes extrêmement difficiles, à la limite d’être insoutenables.

Nous nous retrouvons donc ici dans le Japon du 17e siècle, et plus précisément en 1633 si ma mémoire est bonne, pour suivre l’histoire de deux prêtres portugais partis à la recherche de leur mentor dont ils n’ont plus eu de nouvelles depuis près de 7 ans. Ce qu’il comprendre avant tout ici, c’est donc le contexte historique, un contexte très peu connu en Occident, mais qui n’en demeure pas moins important, surtout pour l’histoire du film. En effet, ici, nous nous retrouvons en pleine inquisition japonaise, les bouddhistes faisant la chasse aux chrétiens et n’hésitant pas à les torturer des manières les plus terribles qu’il soit pour les forcer à apostasier et allant jusqu’à les tuer de façons aussi créatives qu’atroces lorsqu’ils refusaient.

De fait, avec Silence, Martin Scorsese nous propose un film qui est dur, brutal et absolument terrible, mais qui est extrêmement bien mené. En effet, les plans sont magnifiques et l’intrigue, délibérément lente, nous permet de découvrir les pensées et actions de chacun. Ainsi, s’il est difficile, voire impossible, d’accepter les actions des bouddhistes envers les chrétiens, les raisons de leur refus de se voir imposer une nouvelle religion peuvent paraître compréhensibles. Il faut dire aussi que le film ne fait pas une chasse aux sorcières, bien au contraire, mais porte un équilibre entre les deux religions, posant des questions essentielles et présentant les deux points de vue, quand bien même ils sont parfois insupportables.

La réalisation de ce film est ainsi vraiment particulière. Silence porte très bien son nom et est très immersif, nous donnant l’impression que l’on vit l’histoire avec les personnages, rendant certaines scènes encore plus terribles. Martin Scorsese ne nous épargne rien et nous « force », en quelque sorte, à faire face à cette terrible réalité. Plus que cela, le titre du film possède un double-sens puisqu’il nous interroge sur le silence de Dieu face à la souffrance, parfois insoutenable, de ceux qui croient en lui. Il pose la question du doute sur nos croyances, peu importe le Dieu en lequel on croit, et l’amène d’une façon que j’ai trouvé intelligente et intéressante. Loin de se poser en moralisateur et de critiquer les religions, il questionne et nous fait face à nos peurs.

Le jeu des acteurs, et notamment celui d’Andrew Garfield et Adam Driver qui portent le film, rendent celui-ci encore plus immersif et passionnant. Si tout au long du film la prestation d’Andrew Garfield m’a complètement bluffé et impressionné, Adam Driver et Liam Neeson sont loin d’être en reste et sont tout simplement incroyables. En effet, ce qu’il faut comprendre ici c’est que le jeu des acteurs est extrêmement important et leur justesse, mais aussi la palette de leur jeu et de leurs émotions font du film ce qu’il est. Plus d’une fois, j’ai eu l’impression d’être aux côtés des acteurs et de ressentir de plein fouet leur douleur et leur incompréhension.

Enfin, si le film peut parfois sembler long, et il faut dire qu’il l’est en terme de durée puisqu’il dure 2h45, il n’en demeure pas moins absolument magnifique. Il est d’une justesse incroyable et n’a pas heurté mes propres convictions religieuses à aucun moment que ce soit. J’ai une nouvelle fois été impressionné par la réalisation et le talent de Martin Scorsese mais aussi par la maturité de ce film, ainsi que par la beauté de ses plans et du jeu des acteurs. S’il s’agit d’un film assez particulier, portant sur la religion, il ne tombe jamais dans le piège du jugement et c’est probablement ce qui fait que j’ai eu un coup de cœur, car il est plus que jamais actuel et nous pousse à comprendre la religion d’autrui et à ne pas mettre tout le monde dans le même panier, quand bien même on ne cautionne pas et n’accepte pas leurs actions.

Silence est un chef d’oeuvre, et on ne me fera en démordre. Je rappelle toutefois qu’il contient des scènes vraiment très, très dures. Je ne suis pas une âme sensible, j’ai l’habitude de la violence au cinéma, mais cette fois, j’ai parfois eu envie de vomir tant la brutalité des hommes est réelle et les scènes immersives.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s