The Curse, de Marie Rutkoski


Résumé :

Fille du plus célèbre général d’un empire conquérant, Kestrel n’a que deux choix devant elle : s’enrôler dans l’armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n’est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la  » malédiction du vainqueur  » : celui qui remporte une enchère achète forcément pour un prix trop élevé l’objet de sa convoitise.

Elle ignore encore qu’elle est loin, bien loin, d’avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l’esclave, Arin, et comprend qu’il n’est pas qui il paraît… Mais ce qu’elle soupçonne n’est qu’une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et à tout son entourage.

Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l’imagination d’une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple.

Genre : Young-Adult

Parution : Lumen – 16 février 2017

Mon avis :

Découvert il y a quelques années sur le blog de Géraldine (Mirrorcle World), The Curse est un roman qui me faisait de l’œil sans pour autant être une priorité absolue pour moi. Finalement, quand Lumen a annoncé sa parution en français, il est assez vite devenu une véritable obsession. Obsession assouvie grâce à une lecture commune avec les copines Rêveuse Eveillée et Couleur des Mots. ♥

Si le rythme du roman m’a un petit peu rebuté au début de ma lecture, je me suis très vite laissée emporter par ma lecture dont le rythme, justement, monte crescendo au fur et à mesure que l’intrigue gagne en intensité. De fait, si je ne savais pas trop à quoi m’attendre au début du roman, ayant pris le parti de ne pas lire le résumé avant, j’ai été de plus en plus agréablement surprise à mesure que ma lecture avançait. Marie Rutkoski nous propose donc ici un premier tome absolument génial qui monte crescendo et nous laisse avec une fin à couper le souffle.

Dès le départ, j’ai été assez emballé par ma lecture, quand bien même on a l’impression d’être balancé au milieu de l’intrigue. En effet, l’auteur a pris le temps de développer son univers au fur et à mesure du roman et pas d’un coup au début, ce qui est plutôt agréable et nous propose une autre manière d’appréhender notre lecture. Cependant, certains points dans les relations des personnages m’ont suffisamment fait tiquer pour que je passe assez loin du coup de coeur tant espéré avec ce roman.

Et parlons justement des personnages de ce roman. Avec ce premier tome, nous suivons Kestrel et Arin, deux protagonistes que tout oppose, mais qui semblent avoir une relation assez privilégié et ambiguë malgré tout. En effet, Kestrel est la fille du général le plus célèbre de l’Empire tandis qu’Arin n’est rien d’autre qu’un esclave herrani, une ethnie réduite à l’esclavage après la colonisation de ses terres par l’Empire. Pourtant, dès le début de la relation entre les personnages, j’ai trouvé que quelque chose clochait. La relation entre Kestrel et Arin en tant qu’esclave/maître ne m’a pas paru crédible tout de suite, celui-ci se permettant des choses que l’on n’imaginerait pas possible dans la vie réelle. Plus, j’ai tout de suite été persuadé qu’il cachait quelque chose, sans arriver à mettre le doigt dessus.

Et heureusement que je n’ai pas deviné tout de suite puisqu’il s’agit de l’un des éléments centraux de l’intrigue ! S’il peut être assez évident à deviner, Marie Rutkoski laisse tout de même planer un certain suspens grâce au lien étrange qui existe entre Kestrel et Arin. On s’interroge également sur les tenants et aboutissants de cette histoire, mais surtout sur le pourquoi du comment on en est arrivés là. On tourne donc les pages à une vitesse folle, incapable de s’arrêter tant on est curieux de connaître la suite. Le roman est incroyablement addictif et plus on avance, plus il est difficile de le lâcher.

La plume de Marie Rutkoski est efficace et un vrai bonheur à lire, d’autant plus que son style, même s’il m’a un peu dérouté au départ, a fini par m’enchanter complètement. Elle a su mêler avec brio young-adult et fantasy, nous entraînant dans des complots politiques et des batailles épiques, et nous offrant des personnages forts et indépendants, mais pas invulnérables. En somme, un excellent premier tome qui m’a donné une envie folle de connaître la suite !


Les chroniques des copines de lecture 

Olivia – Couleur des Mots

Nath – Rêveuse Eveillée

Publicités

3 commentaires sur « The Curse, de Marie Rutkoski »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s