Si c’était à refaire – Marc Levy

Robert Laffont - 2012
Robert Laffont – 2012
Résumé :

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 9 mai 2012… Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin. De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement… à couper le souffle.

Mon avis :

Je dois avouer que ma dernière lecture d’un roman de Marc Levy (Le Voleur d’Ombres en l’occurrence) commence à dater maintenant et quand j’ai vu qu’à la médiathèque ils avaient ce roman dont le résumé comme le titre m’intriguaient, je me suis jetée dessus. Et je l’ai dévoré, complètement captivée par cette histoire rocambolesque qui change de ce que je peux lire habituellement et qui, pourtant, m’a beaucoup touché. Une touche de vérité, dure, froide et qui fait mal, dans une œuvre de fiction et c’est tout votre ressenti sur un roman qui devient différent.

Dans Si c’était à refaire, nous suivons Andrew Stilman, journaliste au New York Times qui mène une enquête sur une ancienne dictature argentine. Assassinée sauvagement, il a le droit à une seconde chance. Deux mois pour finir son article, réparer ses erreurs mais surtout, découvrir qui lui en veut au point de l’assassiner.

Ce roman possède un rythme très rapide, les actions s’enchaînent et il est difficile de poser le livre avant de l’avoir terminé tellement on veut connaître le fin mot de cette histoire. Adrew Stilman est un homme seul, célibataire depuis de nombreuses années, qui, au détour d’un bar retrouvera un amour de jeunesse. Et tout commence comme ça. Par une histoire d’amour avec une femme perdue de vue depuis  des années. Le lecteur se retrouve donc plongé dans la vie d’Andrew, ses amours, ses malheurs, ses rires et ses larmes mais aussi son article sur cette dictature en Argentine.

Et cet article est vraiment un gros point fort dans ce roman. D’abord parce qu’il est au cœur même de l’histoire mais aussi parce qu’il nous raconte une réalité qui est très peu connue aujourd’hui. Et cela m’a bouleversé, m’a rappelé pourquoi je fais les études que je fais actuellement tout en me rappelant encore une fois que l’homme est parfois pire qu’un monstre, pire qu’un animal. Au-delà de cette réalité, cet article est un point central de l’intrigue de ce roman bien que l’on ne comprenne réellement pourquoi seulement à la fin du roman, dans une chute aussi brutale qu’inattendue.

Ce roman est véritablement un gros coup de cœur pour ma part. Cela faisait bien longtemps qu’un roman ne m’avait pas surprise d’une telle manière par sa fin mais aussi par son histoire assez unique en son genre. Un homme qui meurt mais qui a le droit à une seconde chance, eh bien je n’avais encore jamais lu ça personnellement. J’ai échafaudé toutes les théories possibles avec Andrew, sans jamais trouver la bonne réponse. Marc Levy nous entraîne sur des fausses pistes et joue avec le lecteur comme avec son personnage.

Andrew est par ailleurs un personnage assez intriguant. Il représente toute l’imperfection de l’homme, ses doutes, ses peurs etc. Pourtant, alors qu’il a peur de s’engager pour la vie, il ne possède aucune crainte en partant en Argentine sur la trace de personnes qui ont torturés et tués. J’ai eu beaucoup de mal à cerner pourquoi au départ avant de comprendre que s’engager pour la vie est parfois beaucoup plus difficile que de poursuivre un but, un objectif noble et qui nous tient à cœur.

Les mauvaises langues diront que ce n’est pas de la grande littérature ou que c’est de la littérature de plage ; pour ma part je dirais simplement que c’est un roman comme on les aime : un livre qui vous fait passer un agréable moment tout en touchant un sujet fort (comme Les Enfants de la Liberté il y a 6 ans).

En bref, un coup de cœur pour un roman qui se lit tout seul et qui vous transporte de New York à Buenos Aires dans une intrigue haute en couleurs et pleine de surprises.

Acheter sur Amazon : ICI

Publicités

2 commentaires sur « Si c’était à refaire – Marc Levy »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s